Rayn Loyer, lauréat du prix Bernard Grandmaître, verse 10% des recettes de vente de son entreprise aux OBNL chaque mois

03 mars 2021

La catégorie « Jeunesse de l’année » du prix Bernard Grandmaître sert à reconnaître le travail ardu de jeunes d’expression française dans la région d’Ottawa. Grandtoronto.ca va à la rencontre du récipiendaire de 2020 , Rayn Loyer. Une entrevue réalisée par Karelle Sikapi.

 

Décrivez-nous votre parcours en quelques lignes.

À l’âge de 10 ans, j’ai monté une entreprise nommée « Rayn-Bands » (www.raynbands.ca). Je fabrique des bracelets et des porte-clés  indiquant les allergies et les conditions médicales des gens. Mes produits sont vendus dans plus de 7 pays et je remets 10% de mes recettes de ventes à des organismes à but non lucratif tous les mois, ayant donné à date plusieurs milliers de dollars à différentes organisations. Je suis aussi ouvertement transgenre et depuis l’âge de 10 ans et je partage mon parcours avec des groupes LGBTQIA+, des écoles et organisations variées.

 

Parlez-nous de votre implication au sein de la francophonie?

Étant un élève d’une école francophone à Ottawa, je participe activement à des ateliers et des événements communautaires francophones de ma région et j’ai aussi participé comme panéliste pour une conférence LGBTQIA+ offerte par l’ACFO Ottawa en février 2020. Mais c’est sûr qu’avec la pandémie les choses ont beaucoup changé. Par contre, je vends présentement sur mon site web. www.raynbands.ca des bracelets et des porte-clés « Fierté-Franco » qui offrent un choix de trois logos pour accompagner les 30 choix de couleurs de par7acorde que j’offre pour fabriquer mes produits. 10% des recettes de ventes de ces produits sont remis à des organismes francophones de la région d’Ottawa.

 

Décrivez-nous deux de vous plus grands accomplissements sur le plan professionnel et/ou communautaire?

Mon plus grand accomplissement sur le plan professionnel est le fait de toujours être en affaires après plus de 2 ans , avec beaucoup de clients réguliers.

Je dirais aussi le fait d’avoir fait partie d’un panel mensuel à la radio pour parler d’actualités mais avec la perspective d’un jeune adolescent pendant plusieurs mois fut une de mes meilleures expériences professionnelles à date! Mais en raison de la pandémie , cela n’est malheureusement plus possible.

Mon plus grand accomplissement sur le plan communautaire est sans doute la réussite de ma troisième campagne annuelle « Trousse d’urgences pour les sans-abris ». Chaque année pendant en octobre, novembre et décembre, je prends 50% de mes recettes de vente pour faire l’achat d’articles visant à préparer des trousses d’urgence à destination des sans-abris que je distribue la veille de Noël. Les trousses contiennent des chapeaux, des gants, des foulards, des réchauds pour les mains, des produits hygiéniques, des collations, des masques N95, des cartes cadeaux de 25$ McDonald’s et 5$ pour Tim Hortons. En 2020, en raison de la pandémie du COVID-19 et du fait que mes ventes ont été impacté par la situation sanitaire actuelle, je n’ai pas pu participer à des marchés aux puces et à des conférences. J’ai alors fait appel aux gens qui me suivent sur les réseaux sociaux pour leur demander de faire des dons monétaires par l’entremise d’une campagne sur GoFundMe et des achats d’articles sur Amazon. Initialement, nous avions un obkectif de 1500$, mais la campagne a été fructueuse et nous avons, au final, amassé plus de 5000$ en argent comptant et plus de 6000$ en produits Amazon. Ceci m’a permis de cconcevoir plus de 250 trousses qui ont été remises la veille de Noël aux Bergers de l’espoir et aux alentours du centre-ville à Ottawa.

 

Que représente le prix que vous venez de recevoir pour vous? Quel a été votre réaction en apprenant la nouvelle de votre nomination comme récipiendaire de 2020?

Honnêtement, recevoir le prix Jeunesse de l’année est un honneur et je félicite les autres finalistes de ma catégorie. Il y a tellement de jeunes de nos jours qui donnent de plus en plus de leur temps pour venir en aide aux autres et appuyer des causes qui leur tiennent à cœur et c’est tellement beau à voir. Ayant un père francophone et une mère anglophone, je peux vous dire que mes deux parents sont extrêmement fiers de moi car la francophonie est très importante pour eux. C’est pour cette raison que moi, mes frères et sœurs allons tous dans une école d’expression française. Je dois admettre que j’étais sous le choc quand ils ont annoncé mon nom comme gagnant, car je ne m’y attendais vraiment pas ! Le simple fait d’être finaliste pour ce prix était déjà tout un honneur pour moi . Etre lauréat de ce prix est vraiment un honneur et je remercie l’Association des communautés francophones d’Ottawa (ACFO-Ottawa) pour cette reconnaissance.

 

En quoi est-ce que ce type de reconnaissance apporte de la valeur à notre collectivité ?

J’espère qu’il pourra inspirer et motiver d’autres personnes à s’impliquer davantage pour faire des bonnes choses dans leurs communautés. Pour ma part je ne fais pas les choses que je fais pour recevoir des prix ou de la reconnaissance; je les fais car mes parents m’ont toujours appris que c’est important d’aider les gens en besoin d’aide et de ne jamais juger n’importe peu importe la situation. Étant fait mon « coming-out » comme transgenre à l’âge de 10 ans avant même que mon entreprise commence, cela a toujours été important pour moi de partager mes expériences avec les gens ouvertement et de parler de mon histoire. Ce n’est vraiment pas évident, ni facile pour n’importe qui de le faire. Je l’ai vécu et je connais les expériences. Cela dit, moi je suis chanceux d’avoir des parents, amis et une communauté scolaire ouverte qui m’ont tous soutenu tout au long de mon parcours. Je sais que ce n’est pas toujours le cas pour tout le monde. Et je sais qu’il y a des personnes qui vivent avec la même réalité que moi mais ne peuvent pas vivre librement comme ils et elles le sont. Et je pense que la visibilité est importante. Il faut se voir représenté dans la communauté à mon avis pour savoir qu’il n’y a rien de mal à ce l’on soit différent des autres.

 

Pourquoi est-ce que l’engagement communautaire et civique sont de plus en plus importants?

C’est important car il y aura toujours des personnes et des organismes en besoin d’aide. La plupart de ces initiatives ne seraient jamais possible sans des bénévoles et les gens qui contribuent de différentes manières. Ce n’est pas toujours une question d’argent. Les gens oublient souvent qu’il y a tellement de possibilités pour contribuer sans être obligé de faire un don monétaire. Il s’agit de faire un peu de recherche. De plus, c’est le meilleur sentiment du monde quand tu ressens la valeur de tes actions. La première année où j’ai remis mes premières 60 trousses d’urgence aux sans-abris, je me rappelle vivement d’avoir dit à mon père que je voulais en refaire d’autres trousses chaque année. Je me suis senti tellement heureux d’avoir fait ce geste. C’est vraiment le meilleur sentiment que tu puisses ressentir alors j’encourage tous ceux qui lisent ceci : faites une bonne action cette semaine. Une seule suffit! C’est facile, simple et souvent ne coûte rien. Je vous assure que vous allez ressentir la même chose que moi et vous allez comprendre.

 

Quels conseil aurez-vous pour les jeunes qui souhaitent s’initier dans votre domaine?

De toujours croire en soi et de ne jamais abandonner. Je sais que cela semble répétitif et souvent dit par plusieurs, mais c’est vraiment la clé du succès. Quand tu crois en toi et que tu te donnes toujours à 100%, tu es sûr de toujours y arriver à ton rythme. Et en ce qui concerne tout membre de la communauté LGBTQIA+ à qui ne sont peut-être pas « out » à leurs familles ou leurs amis, je vous dis ceci : restez brave! Je souhaite pour vous qu’un jour, vous allez trouver le courage de pouvoir partager votre vérité avec vos proches et ceux que vous aimez. Et qu’en retour ils seront là pour vous appuyer avec amour tout le long de votre parcours, afin que vous puissiez vivre une vie authentique. Dans la vie, il faut savoir se plaire soi-même avant de pouvoir plaire aux autres.