Décès d’une Grande Dame de la Francophonie ontarienne, Mme Gisèle Lalonde

10 août 2022 ,
(Source photo: Radio-Canada / Angie Bonenfant)
La Fédération des retraités et aînés francophones de l’Ontario (FARFO) vient d’apprendre avec tristesse le décès, la nuit dernière, de Mme Gisèle Lalonde à l’âge de 89 ans. La FARFO tient à offrir ses plus sincères condoléances à son mari Gilles, à ses enfants, à sa grande famille et à ses ami.e.s. C’est une grande perte pour la Francophonie ontarienne.
Mme Gisèle Lalonde est née à Vanier. Elle a vécu une longue histoire d’engagement envers l’essor de la communauté francophone comme enseignante, conseillère scolaire, présidente du Conseil des écoles séparées d’Ottawa, fondatrice du Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques et mairesse de Vanier.
En février 1997, au moment de l’annonce de la fermeture de Montfort, seul hôpital d’enseignement universitaire francophone, elle s’est portée volontaire pour sauver cette institution essentielle à la survie de la communauté francophone de l’Ontario. Avec d’autres leaders de la communauté francophone, elle a mis sur pied et présidé pendant les 5 années suivantes le Mouvement citoyen SOS Montfort.  Elle a ensuite convoqué la communauté à un grand rassemblement, le 22 mars 1997, où elle a crié haut et fort « Montfort, fermé, jamais ».
La FARFO (qui s’appelait la FAFO à l’époque) était présente en grand nombre. Elle avait fait appel à la solidarité de ses membres et les avait invités à prendre part en grand nombre au Rassemblement du 22 mars. Les aîné.e.s et retraité.e.s sont arrivés en masse de partout en Ontario et agitaient des centaines de drapeaux franco-ontariens.  Au cours des 5 années suivantes, les personnes aînées et retraitées ont répondu à l’appel de toutes sortes de façons. Finalement, en février 2002, après une seconde victoire en Cour d’appel en faveur des requérantes, le Gouvernement a décidé de « Tourner la page » et de ne pas  poursuivre la lutte.
« Toute sa vie Mme Lalonde a été un modèle d’engagement et de détermination qui peut nous inspirer pour faire valoir nos droits comme communauté, » a dit Jean-Rock Boutin, président de la FARFO. « Nous, les personnes aînées et retraitées, avons encore des luttes à mener pour obtenir des services de qualité en français afin de bien vieillir chez soi. »