La province entend présenter un projet de loi pour assurer une gouvernance francophone au Centre Jules-Léger

12 octobre 2017
image1

Toronto, le 12 octobre 2017- L’Ontario entend présenter un projet de loi cet automne qui, s’il était adopté, permettrait de transférer la gouvernance du Centre Jules-Léger (CJL) aux 12 conseils scolaires de langue française (CSLF) afin que les élèves francophones ayant des besoins particuliers puissent bénéficier des soutiens dont ils ont besoin pour atteindre leur plein potentiel. C’est ce qu’indique un communiqué de presse émis par l’Ontario en ce jeudi 12 octobre.

Mitzie Hunter, la ministre de l’Éducation, accompagnée de Marie‑France Lalonde, la ministre des Affaires francophones, et de Yasir Naqvi, député provincial d’Ottawa-Centre, étaient au Centre Jules-Léger à Ottawa aujourd’hui pour annoncer les points saillants du projet de loi. Plusieurs changements sont revendiqués dans ledit projet de loi dont le transfert de la gouvernance du CJL du ministère de l’Éducation aux membres de la communauté francophone qui bénéficient des services du CJL. Le projet de loi prévoit  la mise en place d’une structure régie par et pour les francophones en créant le consortium du Centre Jules-Léger (CCJL) qui serait chargé du fonctionnement des écoles du CJL. Suivant le communiqué, le consortium regrouperait les 12 CSLF et serait composé d’un nombre égal de conseillères et de conseillers scolaires de langue française des conseils publics et catholiques.

Pour rappel, au début de 2016, l’Ontario a consulté les élèves, les parents et les membres du personnel du CJL ainsi que des partenaires du secteur de l’éducation en langue française et de la communauté francophone de l’Ontario pour explorer des moyens de favoriser au mieux la réussite et le bien-être des élèves.

« Le projet de loi vise à donner aux élèves ayant des besoins particuliers en matière d’éducation le soutien dont ils ont besoin pour réussir dans leurs études et dans la vie. Le nouveau consortium du CJL serait régi par des francophones pour les francophones et répond à l’engagement de l’Ontario envers l’équité. Ces nouvelles mesures nous rapprocheront de la réalisation de notre vision qui est de donner à tous les élèves de l’Ontario les outils nécessaires pour réussir. » indiquer  Mitzie Hunter, la ministre de l’Éducation.

« Je suis heureux que le projet de loi permette aux conseils scolaires de langue française de gérer le Centre Jules-Leger à Ottawa et prévoie que les élèves francophones pourront conserver leur identité culturelle et auront accès aux programmes et services qui répondent le mieux à leurs besoins. » déclare Yasir Naqvi, le député d’Ottawa-Centre.

Pour sa part, Marie-France Lalonde, la ministre des Affaires francophones affirme que ce geste témoigne de l’ engagement du gouvernement à bâtir un système d’éducation de langue française performant et de qualité, et de donner aux Franco-Ontariennes et aux Franco-Ontariens‎ les outils nécessaires afin qu’ils assurent leur vitalité et leur pérennité. »