Julien Gérémie, le visionnaire derrière l’engouement populaire pour le mouvement coopératif à Toronto

Julien Geremie, la vedette du mouvement co-op en Ontario

Protagoniste phare du mouvement coopératif en Ontario, Julien Gérémie a lancé le bureau de Toronto du Conseil de la coopération de l’Ontario (CCO), il y a deux ans. Dès lors, ce jeune homme aux multiples talents accumule les succès sur plusieurs fronts. Visionnaire et charismatique, il a su attiser l’intérêt populaire et rehausser le soutien institutionnel pour l’économie sociale, tant en Ontario que sur la scène internationale. Portrait.

Animé par la vision de faire rayonner l’économie sociale et le mouvement coopératif en Ontario et au-delà, Julien Gérémie est une figure de proue de l’Ontario francophone. Ayant joint le Conseil de la coopération de l’Ontario (CCO) en 2010, il a su impressionner les dirigeants par son rendement exceptionnel, notamment en contribuant à faire doubler le budget de cette structure. En octobre 2013, il accède à la direction du développement et lance le troisième bureau du CCO, à Toronto.

Depuis, il met en œuvre des moyens importants pour faire concrétiser de nombreux projets d’envergure, signe une entente de partenariat avec la radio franco-torontoise CHOQ FM 105, 1 et effectue un rapprochement institutionnel et communautaire hors-pair. Parmi ses réalisations notoires, nous comptons la mise sur pied d’un caucus parlementaire sur les coopératives à Queen’s Park.

Le jeune homme d’affaires gère des projets de 500 000 $ par année et a activement contribué à la formation de plus de 2 000 personnes par année, dans le cadre d’ateliers et de conférences présentés par le CCO en Ontario, au Canada et à l’étranger. Il a également collaboré à l’expansion de plus de 60 entreprises sociales dans l’Est et le Sud de l’Ontario.

Pour Julien, l’être humain a intrinsèquement besoin de se rattacher à un ensemble, à une collectivité en vue d’avancer. Il souhaite répondre aux intérêts de sa communauté tout en misant sur l’avenir. Selon lui, l’union fait la force. La création d’une multitude de partenariats avec plus de 300 organisations et la participation active de ceux-ci permet de construire un pont entre une alliance économique et un engagement communautaire apte à promouvoir l’activité démocratique. «La culture, c’est l’existence. Nous n’existons pas sans attachement à un ensemble culturel. La culture doit être poreuse, ouverte et facile d’accès. Une culture statique est une culture qui se meurt», lance-t-il. Ainsi, chaque jour, Julien Gérémie fait le choix du dynamisme et de la vivacité, tant dans sa vie professionnelle que personnelle. Il est un fervent sportif ce qui lui permet d’avoir l’énergie requise pour mener de front une pléthore de projets, voire à solutionner des défis en permanence.

Inspiré par des journalistes comme Anderson Cooper, il reste au diapason des mouvances d’ici et d’ailleurs, en suivant avec assiduité les nouvelles «pour être bien informé et pour [se] responsabiliser comme citoyen du monde», souligne-t-il.

Justement, sa vision ouverte sur le monde explique en partie sa passion pour les voyages. Voyager est, pour lui, synonyme d’apprentissage puisqu’il tente d’absorber les forces des différents environnements où il se rend. Globe-trotter, Julien a visité 27 pays dont la France. Il nous confie qu’il a développé ce goût de l’aventure et de l’initiative depuis son plus jeune âge; il avait à peine 13 ans lorsqu’il s’est constitué entrepreneur afin de dégager des fonds lui permettant de financer ses études.

Julien Gérémie gère actuellement un fonds de microfinance de 1,5 million de dollars en collaboration avec la province de l’Ontario et d’autres partenaires financiers, tout en poursuivant son travail au sein du CCO.