du samedi 15 octobre au lundi 15 mai
ok
Lieu:

Power Plant Contemporary Art Gallery
231 Queens Quay W, Toronto

Ouvrir dans Google Maps

Catégorie:

Exposition Latifa Echakhch au Power Plant

L’oeuvre réalisée pour le Power Plant évoque les restes d’une action qui se serait déjà produite. Le ciel peint par l’artiste semble s’effondrer. Les fragments encore intactes se trouvent sur la partie haute du mur, insaisissable, nous rappelant alors toute sa beauté. A côté de cela, une large partie du ciel se répand sur le sol, donnant alors la sensation étrange que quelque chose hors de contrôle est en train de se passer ou s’est déjà produit. La technique employée fait référence aux fresques classiques, une seconde peau qui généralement conduit le public vers un monde représenté en peinture, un trompe l’œil, rendant la bi dimensionnalité du mur complètement invisible. Dans Cross Fade, Au contraire, le travail d’Echakhch brise au contraire, cette illusion, nous enracinant dans le présent qui, comme un fondu enchaîné, est saisi entre le passé et le futur.

Le ciel avait déjà été un sujet de recherche pour l’artiste. On le retrouve notamment dans son œuvre La depossession (2014), ou il est imprimé sur une toile suspendue qui tombe du plafond.

Pour son installation au Power Plant et sa première exposition au Canada, Echakhch donne de la matière à son ciel. Fabriqué à partir de ciment appliqué sur les murs de la galerie, il n’est plus seulement un motif mais aussi un objet qui est susceptible d’être détruit.

Latifa Echakhch est née à El Khnansa au Maroc en 1974 et vit aujourd’hui en Suisse. Elle a reçu le prix Marcel Duchamp en 2013 et a remporté le Zurich Art Prize en 2015.